Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]   Mar 24 Oct - 21:41

Les affaires n'ont jamais été aussi florissantes qu'en cette période d'anarchie, qui précède une tempête qui ne devrait plus tarder à éclater. Mon bar, au nom évocateur de "Chapeau du magicien", est l'un des rares encore debout. Tous les autres établissements du genre ont été soit abandonnés par des propriétaires trop pressés de sauver leur vie, soit totalement démolis et pillés par les malfrats de cette ville, soit les deux. Je ne suis pas dans le premier cas, ce n'est pas dans mes habitudes d'abandonner le navire. Et les premiers à avoir essayé de s'en prendre à mon précieux bar sont maintenant six pieds sous terre, grâce à la vigilance des hommes de mon gang.

Plus personne n'ose tenter quoi que ce soit contre ce qui est désormais devenu un havre de paix et de débauche à la fois. Les consommateurs viennent des quatre coins de la ville, pour faire un break de temps à temps. Bien évidemment, il n'y a que des canailles dans le lot, aucune personne respectable ne pourrait rester dans ce concentré de psychopathes en tout genre. Petit à petit, le Chapeau est devenu un terrain neutre dans ce chaos ambiant, où il fait bon avoir de l'argent. Il est en effet strictement interdit à une personne ne voulant pas consommer de profiter des avantages de ces lieux. Ce n'est pas une église. Le seul seigneur ici c'est moi, et le dollar est ma sainte parole.

Ce soir, le calme est des plus intrigants. C'est comme si quelque chose se préparait. Inquiet par cette atmosphère anormale, je demande à mes hommes présents ce soir de s'armer discrètement et de se tenir prêt, au cas où. Comme souvent quand je suis en visite dans mon établissement, j'en profite pour faire le barman. Je n'ai eu qu'à enlever mon long manteau noir et remonter les manches de ma chemise pour me sentir à l'aise dans le travail. Ce soir encore, mon veston pare- balle me saille parfaitement.

"Rebonsoir mon ami, un autre verre?"

Dis- je avec le sourire le plus jovial de monde en m'adressant à un habitué que je reconnais pour l'avoir vu à chacun de mes passages. Je verse toutefois la liqueur sans son consentement dans son verre, lui mettant l'une des boissons qu'il commande régulièrement.

"Celui- là est pour moi, j'aime bien ta tête!"

Soudain, le silence se fait dans la salle. Un cadavre serait passé à travers la pièce qu'il n'y aurait pas eu de meilleure réaction. Je lève la tête vers l'entrée, tombant sur un fameux personnage de cette ville. Mon sourire s'agrandit en conséquence, entre la fausse joie et l'ironie.

"Monsieur le Pingouin! Que me vaut l'honneur de vous accueillir dans mon bar?"

Lauren Müller, surnommée l'Assistante aliénée, m'a devancé. Mon sourire devient amusé, alors que je baisse légèrement la tête en restant en retrait. Elle veut la jouer comme ça, pourquoi pas?

"Tais- toi, je suis venu parler au boss.
- Mais... C'est moi... Le boss!"

Dit- elle d'un ton désespéré.

"Pas vrai les gars?"

Ajoute -t- elle avec autorité. Des "ouais" partent de toute la salle, bien moins qu'il ne le devrait. Je réalise que tous ceux qui ne disent rien ne sont que de nouvelles têtes. Le pingouin agrippe le visage de la jeune femme à pleine main, par le bas, son menton reposant dans le creux froid de sa main.

"Te fiche pas de moi! Où est ce satané magicien?
- Vous connaissez un magicien!? On en aurait bien besoin pour les shows du vendredi soir!"

D'un claquement de langue du criminel, un quart des clients se lèvent en tirant de leurs vêtements des armes à feu qu'ils pointent vers la blonde. Celle- ci les ignore, fixant l'homme qui le tient par le visage, droit dans les yeux, avec un regard assuré.

"Puisque tu es si prompte à parler, c'est à toi que je vais donner la mise en garde: soit tu m'amènes la moitié des recettes de cette semaine dans l'instant, soit je démolis ce bar pierre par pierre."

Lauren utilise son bras mécanique pour presser la main du Pingouin et le forcer à le lâcher, affichant un sourire jovial sur le visage.

"Je peux te amener la recette de la tarte à la bouse de merde ou celle de la fricassée aux oeufs, mais seulement si tu dis "s'il te plaît"."

Plus de vouvoiement, la familiarité est le signe de son mépris évident pour cet homme impoli sur son territoire. Un homme du gang s'approche l'air gêné et s'adresse directement à la gérante, ignorant le Pingouin..

"Je crois que la bouse c'est une sorte de merde donc... Ce que tu dis n'a pas vraiment de sens.
- Ah bon? J'étais pourtant persuadée que...
- CA SUFFIT!!!"

Les hommes du pingouins, infiltrés comme ceux qui étaient directement venus avec lui, font leurs habituelles "cliks cliks" avec leurs armes, pour augmenter la menace d'un cran. Les membres de mon gang réagissent en conséquence: ils révèlent à leurs tours leurs armes qu'ils pointent sur les ennemis. La situation n'a fait que s'envenimer, ça va finir en fusillade généralisée... Où est ce maudit Batman quand on a besoin de lui?
Invité
Invité
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]   Mar 24 Oct - 22:42

C’est l’histoire d’un Pingouin qui entre dans un bar. "Un, deux, trois, nous viendrons chez toi. Quatre, cinq, six, t'noyer dans ta pisse. sept, huit, neuf, t'chialera comme une meuf. Dix, onze, douze, t'finira tout rouge".

Tête écrasée contre le bois brut du comptoir, Sora s'apprêtait à fusionner avec celui-ci. Ses mèches rousses traînaient entre l'alcool épanché et les sous-verres crasseux. Un sourire dément trônait sur ses lèvres pâles, encore un peu bleutées de l'alcool sombre qu'il avait ingurgité. La ritournelle que lui chantaient les autres orphelins avant de le passer à tabac tourbillonnait dans sa tête. Sora avait parfois l'impression d'être hanté. Ils étaient là, quelque part dans son crâne, à attendre qu'il ne leur laisse une faille par laquelle s'infiltrer. Foutus petits merdeux. Le rouquin ricana, son système de défense contre sa propre folie douce.

Une voix l'arracha à ses apartés solitaires, son regard se leva vers l'homme derrière le comptoir. Celui qui n’avait rien à faire là. Sora étant lui-même un sbire, un sous-fifre, il savait pertinemment quelle tronche avait la chair à canon.  Lui, fièrement dressé derrière le comptoir, n’avait rien d’un suiveur. Son allure fière et la lueur d’assurance dans son regard trahissait la vérité à qui savait où regarder. L’alcool serpentait sournoisement dans les veines de Sora mais il n’aurait refusé ce verre pour rien au monde ! Au contraire, il leva celui-ci en direction de l’individu et murmura en souriant d’une oreille à l’autre : « A la tienne ».  Aussitôt, il souleva le verre par-dessus son menton et se noya littéralement dedans. Le liquide glissa sur sa langue et s’engouffra tel un raz-de-marée dans sa gorge. Quelques gouttes glissèrent sur ses lèvres et dans son cou. Sora les essuya négligemment d’un revers de la main et laissa retomber sa tête contre le comptoir de bois. Elle pesait dix tonnes, cette saleté de caboche.

Et brusquement, le silence. De ces silences anormaux, dérangeants, lourds et oppressants. Sora en redressa la tête, louchant légèrement sur le corps fluet d’une demoiselle qui bondissait joyeusement vers le nouvel arrivant. Le ton monta très rapidement, trop rapidement pour le cerveau embrumé de Sora. Quand la jeune femme réclama l’approbation générale, le rouquin beugla avec ses compères en levant son verre désormais vide en l’air. La discussion lui parvenait par bribes. Le Pingouin cherchait le Magicien et voulait sa recette. Pas idiot. S’il mettait la main sur le fonds de commerce du propriétaire des lieux alors il aurait un joli petit pactole à ajouter à son compte déjà grassement garni. Sora entendit bien vite les cliquetis mécaniques, les sbires cherchaient à peine à masquer leurs armes. La guerre était à deux doigts d’être déclarée et la tension était telle qu’on aurait pu la palper à mains nues. Sur l’une de ses impulsions légendaires et ne suivant que le modèle fabuleux de sa défunte idôle Le Joker, Sora se leva de son tabouret et tituba tel le gamin ivre qu’il était à cet instant.

Les deux mains en l’air en guise de paix, il crachota des « Stop. Stop. Stop. Stop. Stop». Ses pieds le portèrent jusqu’au nouvel arrivant qui se tenaient lui-même à côté de la demoiselle. Le rouquin s’arrêta à leur hauteur et soupira lourdement. Il coula un regard faussement innocent au malfrat qui venait réclamer un dû qui n’était pas sien. « On va pas se fâcher en présence d’une dame quand même ? ». Ricanant sournoisement, Sora pencha la tête sur le côté et dévisagea longuement Le Pingouin. Sur une nouvelle impulsion, il changea d’avis et prit une décision fort regrettable. « Et puis merde ».

CRAC.

Une pluie de verre se répandit sur le sol, accompagnée d’un bruit lourd et sourd. Son verre venait de s’écraser sur le sommet du crâne du Pingouin. Celui-ci s’écroula sous le choc, perdant conscience sur le champ. Sora haussa les épaules et écarta les mains des deux côtés en souriant bêtement. « Oops, c’est pas moi ... c’est elle ! ». Il désigna du doigt la jeune femme qui se tenait à ses côtés puis pouffa à nouveau de rire avant de se précipiter sous le comptoir d’un bond maladroit car déjà, les cliquetis mécaniques résonnaient plus fortement que jamais ...  
© 2981 12289 0
Invité
Invité
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]   Mer 25 Oct - 1:28

Il ne manquait plus que ça! Cette situation vient d'atteindre un nouveau pallier de dégradation, il n'est plus possible de faire machine arrière. Le client qui est intervenu a montré une diplomatie toute personnelle, plus rien ne peut être évité à présent. Alors... Pourquoi je souris comme un enfant un matin de noël? Le même genre de sourire qu'affiche Lauren en ce moment.

"Vous allez crever! Canardez-les!"

Les ennemis commencent les hostilités, c'est le moment pour l'artiste de décamper.

"Ma chère! Une petite passe?"

Hurlai-je vers mon adorable assistante, qui saisit l'épaule du Pingouin de sa main mécanique et l'envoie vers moi avec grâce, mais assez peu de maîtrise. Et ce "vers moi" correspond très exactement au comptoir, et plus précisément sur la trajectoire du client dansant au milieu de la pluie de balle.

"Oups!"

Je saisis le bras du garçon et le tire brusquement de mon côté, pour qu'il évite de se retrouver écrasé sous le poids du pingouin qui arrive en expresse. A peine se relèvera -t- il, qu'il devrait entendre et sentir les secousses du corps du super-criminel heurtant le rayonnage en bois exposant les boissons consommables dans l'établissement. Corps qui retombe lourdement au sol juste à côté de lui. Le pauvre homme devrait alors quelques courbatures au réveil... Et des bleus en prime. On ne dira pas qu'il ne l'aura pas mérité.

"Vous l'avez échappé bel! Un peu d'aide serait la bienvenue, entre camarades d'infortune!"

Je soulève le Pingouin par les aisselles et attends que le client débridé s'empare de ses jambes.

"N'oubliez pas ça, patron! Il caille dehors!"

Lauren lève haut mon manteau qui était allongé sur le dossier d'un divan avant qu'elle ne s'en empare, son bras libre utilisant un homme de main de notre dormeur comme bouclier humain. Je réponds à son interpellation par un sourire ravi, alors que je fouille l'arrière du comptoir jusqu'à tomber sur des haches jumelles que je montre bien haut à mon assistante, comme elle le fit pour mon vêtement.

"On échange, mon ange?
- Bien sûr, Bart! Faites bon voyage!"

Elle lance le manteau alors que je fais de même des armes, elles se croisent sans se toucher. Je récupère l'habit, Lauren saisit les manches au vol d'une seule main, sans lâcher son bouclier qui commence à ressembler à... plus grand chose à part de la bouillie. Je descends les manches de ma chemise et enfile le manteau sans remarquer les quelques trous formés par les balles volants à travers la pièce lors du lancée. Je me tourne de nouveau vers mon compagnon.

"On peut y aller!"

J'emporte le Pingouin par l'arrière boutique tant que personne ne nous remarque, les acteurs présents sont trop occupés à se zigouiller les uns les autres pour le chercher vraiment.

"Nous prenons ma voiture, mon ami!"

Je lance mes clefs au garçon, m'occupant désormais seul du corps.

"j'espère que vous savez conduire, je dois tenir compagnie à notre ami!"

Je glisse tant bien que mal le corps dans la voiture, sur la banquette arrière, et passe de l'autre côté pour m'asseoir au niveau de la tête du Pingouin, la posant sur mes cuisses. J'attends que le garçon prenne le volant pour annoncer:

"Quittons vite cet endroit! Roulez dans n'importe quelle direction, tant qu'on s'éloigne de ce coin à charogne! Il y a des sucreries dans la boîte à gants, Lauren ne nous en voudra pas d'en prendre quelques uns. Je me contenterai des chewing gum à la menthe, j'aimerais avoir l'haleine fraiche lors de la discussion qui ne saurait tarder à arriver."
Invité
Invité
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]   Sam 28 Oct - 0:12

C’est l’histoire d’un Pingouin qui entre dans un bar. C'est la galère. La belle et grosse galère. Celle dont on ne sort pas indemne. Rapidement, les balles sifflent. Des hurlements haineux retentissent, des cliquetis mécaniques s'enchaînent. Une main attrapa le bras du rouquin, l'attirant d'un geste rapide derrière le comptoir. Vulgaire poupée de chiffon graisseuse, Le Pingouin se heurta au bois brut. Immobile, inconscient, il n'est qu'un tas de chair et de gras entre les mains expertes du faux barman. Tandis que l'homme s'empara du haut du corps de sa victime, Sora attrapa maladroitement ses chevilles. Le jeune homme  vit un manteau flotter dans les airs, croisant habilement des armes sans les toucher. Visiblement, ces deux-là n’en étaient pas à leur coup d’essai ! Sora n’en avait pas douté une seule seconde.

Et les voilà qui embarquaient Le Pingouin dans l’arrière-boutique. Sora eut juste le temps de voir une dent voler magistralement, dessinant des arabesques sanglantes dans les airs avant de rouler sur le carrelage crasseux du bar. Une moue triste se peignit sur son visage. Il ne verrait pas la fin du spectacle, il ne sentirait pas l’euphorie générale après une bataille rondement menée. Au contraire, ce fut le froid mordant de l’extérieur qui s’abattit sur lui. Gotham de nuit était puante, violente et fraîche comme un iceberg. Sora grogna, attrapant les clés que son allié venait de lui lancer. « Avec plaisir ! ».

Aussi vite que sa moue boudeuse était apparue, un sourire dément s’était installé sur ses lèvres pâles. Sora se cala dans le siège et observa le pare-brise avec délectation. Il était dans un état d’ébriété lamentable et voyait littéralement triple. Conduire dans cet état était idiot, suicidaire presque. Pourtant, c’était précisément ce qui amusait le garçon. Celui-ci fit tourner les clefs et le véhicule démarra en trombe. Justement, son allié venait de lui dire de filer rapidement ! Ses désirs étaient des ordres. La voiture bifurqua, véritable tornade serpentant sur les routes de Gotham. L’asphalte semblait en feu, Sora ricanait tel un démon en donnant de violents coups d’accélérateur de temps à autre. « Dans la boîte à gants, c’est ça ? ». Sans prendre attention à la route, Sora se pencha sur le côté, oubliant totalement qu’il conduisait.

Pendant deux longues minutes, la voiture se guida toute seule, conduite en aveugle par le rouquin qui farfouillait maladroitement à la recherche des chewing-gums. Il mit enfin la main dessus et les jeta d’un geste victorieux vers son allié. Quand ses yeux retombèrent sur la route, il était trop tard. Le choc fut violent. Sa tête heurta le toit de la voiture, ce qui le fit encore davantage rire. «  Pauvre minou ... ». Plus de chat. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à traverser à un meilleur moment. « C’est Catwoman qui va être furieuse ... ». Sora gloussa puis accéléra encore un peu, faisant crisser les pneus devenus rougeâtres à cause de sa victime poilue.

Où allaient-ils ? Sora n’en savait rien, il conduisait sans savoir où aller mais pourfendait Gotham, traversant toutes les petites ruelles possibles. Enfin, le véhicule s’arrêta et Sora en descendit d’un bond. Il étendit les bras et inspira de grandes bouffées d’air frais. Il se retourna ensuite vers son allié qui venait de sortir de la voiture. Lui tendant une main presque trop polie pour être de circonstance, il se présenta enfin : « Sora. Enchanté ». Son sourire malicieux apparut de nouveau sur son visage blafard. « J’espère que ma conduite ne vous a pas incommodé ».  Au fond, ça l’amusait beaucoup de faire valdinguer les deux hommes sur la banquette arrière de gauche à droite.

Se frappant les mains l’une contre l’autre, le regard de Sora brilla d’une étincelle de folie furieuse. « Alors qu’est-ce qu’on en fait ? On le pend par les pieds et on s’en sert comme punching-ball ? Ou bien on lui brise les phalanges une par une et ensuite, on l’attache en sous-vêtements devant le commissariat avec la phrase : Batman épouse-moi peinte sur le torse ? ». Fier de ses idées, Sora acquiesça de plusieurs hochements vigoureux de la tête. Au fond, il se foutait bien de ce que deviendrait Le Pingouin, il était là juste pour s’amuser un peu.
© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]   

 
C'est l'histoire d'un pingouin qui entre dans un bar... [PV: Sora Miller]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est l'histoire d'un gars qui entre dans un bar... ~ pv Helga et des squateurs
» ~ l'histoire d'une Rose en manque d'épines ~
» JESSICA ≈ c'est l'histoire d'un pingouin qui respirait pas le cul, il s'est assis...
» C'est l'histoire d'un pingouin qui respire par les fesses, un jour il s'assoit et il meurt. • ZWAGO
» Philémon et Baucis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
rise above :: Gotham City :: Founders' Island-
Sauter vers: